• Dormir dehors

    Eternels  Migrants et Ignorance tenace
     
     
     Le racisme commence avec les vocables incorrects et les notions confuses exprimant le refus de savoir des élites puis ensuite de la nation
     
     
     La Méditerranée, domaine d’asile et de migrant : maëlstrom depuis deux mille ans à la circulation intense. Tous les peuples ont tourné en multiples sens dans tout le Proche et Moyen Orient. Hier, les Grecs, les Phéniciens, Romains, Francs, Lombards, outre de multiples peuples différents qu’on confond avec le terme Arabe en masses indistinctes : hier les Byzantins, les Perses, les Berbères, les Ottomans, les Maghrébins, qui se battent ou échangent Marchandises ou Migrants en tous sens. C’est le sud qui vient au Nord après que ce fut l’inverse (Croisades, Napoléon, partage occidental de la Syrie de l’Irak et tout le Proche-Orient maintenant occupé depuis 1945 par un émissaire direct de l’Occident : Israël) ! Il faut lire l’Histoire de la Méditerranée de J. Carpentier et F. Lebrun(Seuil)
     On confond une dizaine de peuples très différents par l’histoire, la religion (plusieurs types d’Islams), les langues (pas plus de rapports entre elles que toutes les langues européennes qui ont le latin comme mère lointaine). L’arabe littéraire, l’arabe du Livre dans ce mélange est la langue des élites, la langue de référence mais les langues parlées dites Arabes, sont nombreuses et n’ont que des rapports lointains entre elles sans être des dialectes nationaux. Il y a au moins une dizaine d’« Arabes » parlés  aujourd’hui. En confondant ces données historiques ainsi qu’en ne distinguant en religions que shiites et sunnites, on commet d’énormes bévues politiques. Typiques comme celle qui nous fit croire que nous avions vaincu et chassé les « Arabes » à Poitiers. Alors que c’étaient des Berbères, justement l’ennemi juré des premiers (voir le numéro 446 et l’article de G. Martinez-Gros dans l’histoire)
     Mis à part quelques centaines d’érudits qui connaissent ces langues arabes variées, les journalistes incultes et les politiques mettent tout ça dans le même sac. On sait les catastrophes qui en découlent. Que sort-il au sein de notre information et politique ? rien ! aucune leçon retenue du passé d’erreurs, aucune réflexion. L’incapacité, la faible compétence dont sont victimes des peuples arabes, si différents pourtant par leurs langues, leurs religions au sein de l’ensemble dit Islam et par leurs cultures ressemblent à celles des Américains qui débarquent en Europe et qui ne voient pas de différences entre un Suédois et un Portugais ; ils perpétuent d’effroyables bévues commettant des jugements politiques aberrants.
     Dans le chaos actuel au Proche-Orient, on voit surgir l’insuffisance crasse des médias et informateurs (radio, télé, presse, personnalités, élus). Personne ou presque pour rappeler l’Histoire ; que le pays de Bachar est lui-même divisé entre tendances irréductibles et insolubles, que « Syriens » signifie surtout amalgame d’erreurs et d’approximations induites par la terminologie.  Quelles différences, les enquêteurs, les commentateurs expéditifs font entre la trentaine de groupes ethniques ou de sectes dites islamistes, la douzaine de peuples distincts par l’histoire et les coutumes ou la diversité des langues parlées ? Aucune !  Quiconque s’approche de cette extrême division du monde arabe est saisi de notre manque de connaissance surtouts en France où l’ignorance est un culte, bon chic et bon genre, du style Sc Po ENA. Quand je « visitais » pour voir le camp de Calais,   on se rendait compte combien la non-saisie des différences entre « Arabes » est préjudiciable à notre entendement. Quelqu’un qui serait allé, jeune, en Algérie sait bien qu’on ne peut comparer un Mzabite avec un Kabyle, un Bédouin avec un Oranais, que leur histoire interne est complexe et divergente ainsi que la langue, leurs pratiques ou croyances religieuses. De même sans rien savoir de l’histoire des Omeyades, des Abbassides, des Andalous, des Ottomans, des Alaouites etc, on met tout ça dans le même sac syrien et… vogue la galère de notre « désinformation » usant de tout ce qui permet d’engendrer  puis de répandre l’ignorance arrogante bonne à diffuser dans notre société actuelle fermée aux migrants d’hier et de demain, une vision   européenne où surnagent les préjugés et l’hostilité à l’égard de ceux qui  cherchent à savoir avant de juger  
     
     Enfin… heureux sont les simples d’esprit qui abondent dans notre culture moderne dite éclairée ! Si le mot malheureux d’Arabe ou d’Islam permet toutes les confusions cela est peut-être l’effet recherché à des fins intéressées mais a des conséquences graves. Heureusement pour le symbole de notre passé cultivé, il reste quelques milliers de personnes chez nous pour respecter la connaissance, voire l’érudition, apprendre une des langues arabes, avant de parler pour ne rien dire. Ne pas penser, ne pas réfléchir se  fonde sur le non savoir. Nous commettons la même erreur avec l’autre inconnue de la planète quand on dit « le monde Chinois ». Mais là, on le paiera cher et cash. Quand on réfléchit au fait qu’un milliard et demi d’hommes ou presque sont amalgamés et appelés du même nom géographique, alors qu’on en ignore tout : les langues variées, les cultures internes, les croyances spirituelles. On mesure la vanité et le ridicule de nos juges  ou tribuns quand il n’y a en France qu’une dizaine de milliers de sinologues  qui eux ne traitent pas des centaines de millions de Chinois comme si c’était une entité même s’ils constituent une large palette de fédérations de Républiques 
     
    Malheureusement l’école, les médias donnent l’exemple de la suffisance et de l’aveuglement ; cela nous permet de nous exonérer de toute curiosité et du travail d’apprendre  avant de savoir. En tout cas notre méconnaissance est hallucinante. On se permet de juger des cultures millénaires et les situations inextricables actuelles, à l’aide de quelques stéréotypes et clichés.  Cela permet aux radios, télés et autres médias de nous raconter n’importe quelle absurdité tous les jours et nous…marchons, nous nous croyons informés et cultivés. Heureux les imbéciles arrogants ! Je souhaite à nos enfants et petits enfants des commentateurs et des politiques plus intelligents et cultivés. Mais cela n’arrivera pas… c’est le genre Trump qui nous guette !  
     
    Dans notre univers occidental étriqué, en pleine régression, on saluera donc le courage, dans la lutte contre les préjugés, de quelques spécialistes ès mondes étrangers, ceux qui ont appris les langues étrangères et l’histoire des autres continents.  Saluons aussi les quelques centaines d’amateurs qui tentent avec peine de s’y reconnaitre dans ce chaos et nous informent autant qu’ils le peuvent. Parmi eux, je salue en particulier les militants de Mulhouse Eric Chabauty et Pierre Freyburger auteurs de l’enquête « la Dérive du continent », (Médiapop éditions 2017) qui ont eu le courage d’enquêter sur place; tout comme le spécialiste connaisseur M. El-Miri (Université d’Aix) qui passe plusieurs mois sur le terrain 

     

     

     

     

     Dormir dehors

     

     

     

     

     

    Selon Thoreau, marcher en forêt c’est désobéir (Rousseau le grand marcheur le pensait aussi).

     

    Pour moi dormir à la belle étoile quel que soit le temps c’est aussi ne pas obéir aux lois de conformisme, des conventions et des contraintes du besoin de confort. Pas besoin d’aller dans le Massachusetts ou dans les forêts de Sibérie… pour sortir des sentiers battus et des excès du modernisme

     

    Ne pas obéir compense et justifie le refus de la protection artificielle des villes, de la chaleur de sa maison et le refus de se sentir mouton, noyé dans la masse de la foule anonyme. Dormir dehors signifie une perception très différente de la nature, du monde minéral ou vivant. Cela commence dans l’enfance par apprivoiser les bruits étranges nocturnes, par retourner la peur du noir en amitié solide avec l’obscurité, par rencontrer peut-être sans les craindre, nos fantômes intérieurs. En dormant dehors, on maîtrise quelques heures son destin loin des horaires et contraintes des « effrois » de notre temps. Il y a longtemps que je pris cette habitude pour me débarrasser des miasmes de la civilisation organisée jusqu’aux minuscules détails de notre vie. C’est pour ce genre d’éducation, qu’adepte régulier de cette pratique, j’y mène souvent mes enfants ….ou des amis curieux de cet univers inconnu qu’est la nature, la nuit. Tout s’y transforme : des bruits aux perceptions des couleurs du soir ou du matin, et bien sûr la meilleure connaissance de la vie sauvage, celle des animaux

     

    Sortir la nuit de chez soi, c’est sortir de soi, de la protection artificielle de la civilisation : c’est penser librement. La situation nocturne y convie .Partir seul à l’aventure dans un coin peu habité, voire désert, c’est se consacrer à l’essentiel ; construire ou aménager son abri improvisé, faire un feu pour cuire son repas (notamment si on a pris quelque poisson avant) . Partir la nuit hors de chez soi c’est aussi s’enraciner dans la vie organique ; c’est fonctionner auprès des arbres, élément essentiel de la protection de l’humanité dès ses débuts. Pour moi les arbres me protègent de la pluie ou de la rosée, m’octroie le bois pour le feu , me donnent le droit accrocher mon hamac (je suis partisan de ce couchage depuis que j’en pris l’habitude chez les Indiens d’Amazonie ;un hamac bien choisi protégeait de l’humidité et des animaux rampants en forêt équatorienne ). La nuit, ici, dans un endroit totalement isolé me donne la possibilité de renouer avec mon passé. En général je choisis la montagne, les bords des lacs ou des rivières, ou encore les cabanes de pierres sèches des bergers du Causse : là où on ne rencontrera personne. Bien choisir son arbre, comme Brassens le dit,  est essentiel : on doit calculer une distance correcte pour la suspension, l’orientation et la solidité du hamac! Tout un symbole : l’arbre a été l’ami de Henry Thoreau, celui de Sylvain Tesson en Sibérie aussi. Le bois représente tout dans la mythologie des gens de la nature, des marcheurs ; il sert à toutes sortes d’usage sans parler des fruits : bois de construction, bois des vaisseaux afin de traverser les mers, bois de chauffage. Le foyer de la grotte préhistorique jusqu’à la maison protectrice ont été alimentés par lui pendant des millénaires. Il est aussi la protection contre le vent, atténue la pluie ; il parle à travers ses branches sous le vent ; il se plaint, gémit ou adoucit la violence de la bourrasque

     

     

     

    Donc d’abord toucher l’arbre, obtenir sa confiance, accrocher nos affaires lui laisser le temps de se familiariser avec l’intrus que nous sommes. Lui qui va nous balancer au gré de la brise, fait admirer son fut et ses bouquets de branches qui, vus du bas, couché à leur pied, nous transmettent sa force, son éternité au-dessus de nous, loin du sol

     

     

     

     

     

    Ordre des taches vitales

     

     

     

    1) Nettoyer d’abord l’endroit choisi des déchets de la civilisation de loisirs et de ses pollutions de la part de promeneurs ou des touristes peu responsables

     

     

     

    2) Ranger ses affaires, prendre ses marques d’un soir ; préparer du bois pour le feu , se baigner ou trouver un bon endroit de pêche particulièrement si on a emmené son canoë gonflable

     

     

     

    3) Puis explorer les alentours ; écouter la rivière, admirer la voûte céleste et vérifier si la « belle étoile » est arrivée,

     

     

     

    4) En partant laisser la place intacte; notamment remettre les pierres qui ont servi au foyer à leur place initiale, recouvrir les cendres de terre et de feuilles ; n’abandonner aucune des traces de son passage que le temps serait chargé d’effacer : la nature n’est pas faite pour notre service ; c’est l’inverse

     

     

     

     

     

    Une nuit dehors : on ne s’ennuie pas ; au contraire. Mais à notre époque, on n’écoute pas  ce message; ici, pourtant, on peut reprendre possession de soi-même et retrouver le sens du silence. Non qu’il n’y ait pas de bruit la nuit. Au contraire, il y en a de multiples : arbres qui « parlent » au gré du vent, l’eau tumultueuse du torrent ou les animaux nocturnes qui s’appellent .Le tout a une sonorité singulière, selon la situation géographique ou la saison ; une autre musique, douce ou colérique. On ressent l’histoire des hommes qui depuis des éternités vivaient là et qui eux respectaient la nature nourricière. Les arbres qui vont soutenir mon hamac sont mes deux piliers de cette régénération. Chaque fibre, chaque branche s’élance à cette recherche de liberté. C’est pourquoi je noue une relation particulière avec eux

     

    A passer des nuits dehors, je retrouve le goût de marcher pied nus, ce que je ne peux faire en ville ; je choisis là un mode de circulation dont j’use régulièrement dans la vie quotidienne, chez moi dans mon jardin et en tous terrains. On ressent directement notre lien avec le minéral, la solidité de la terre qui nous supporte. Le contact fréquent avec le sol que j’apprends à mes enfants est une nécessité organique afin de se sentir en accord avec son environnement matériel

     

     

     

    4 Ne pas oublier de contempler le coucher du soleil, de se laver au torrent. Et le faire également au sens figuré, afin de se laver de toutes les fausses obligations, les artifices et les occupations oiseuses imposées par notre société. Cela permet d’ établir à l’occasion une autre relation humaine avec d’autres solitaires. Quand on rencontre le berger avec ses moutons, le pêcheur et ses truites, le ramasseur et ses champignons, on noue un rapport simple et authentique puisqu’ils sont amateurs et connaisseurs de la nature nourricière que nous respectons ensemble

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une autre relation humaine de qualité

     

     

     

    Si j’ai emporté un livre de Thoreau je le lis à l’aide de ma frontale ; alors, je ressens les mêmes sensations exprimées dans sa Bible : « Désobéir » (Cf p 106) qui est une Ode à la forêt. La sauvegarde du monde implique la préservation de cette nature sauvage dit-il :

     

    « Je pénètre dans la forêt comme dans un lieu saint ;  c’est là que se trouve la vigueur, la moelle de la Nature La préservation des animaux sauvages suppose la création d’une forêt pour qu’ils puissent y demeurer ou s’y retirer. Il en va de même pour l’homme. Il y a cent ans on vendait dans nos rues de écorces prélevées sur les troncs de nos arbres et autres plantes médicinales… Je crois en la forêt, en la prairie, et en la nuit qui voit pousser le grain (p100).. Le voyageur peut fort bien s’étendre dans les bois la nuit presque partout en Amérique du Nord .Il y a quelque chose dans l’air qu’on respire en montagne qui nourrit l’esprit et l’inspire » p 97.

     

     

     

    A mon retour dans la « civilisation », je vois la société d’une autre manière : plus miséricordieuse, plus compréhensive  et je suis plus tolérant à son égard. Ceux qui pratiquent ces bases fraternelles entretiennent et font survivre le respect de la Nature font comme moi. Car nous sommes plus nombreux qu’on le croit  à exercer cette démarche, non de retrait égoïste et de refus de la société, mais de recherche d’un meilleur rapport à la société à travers une relation profonde avec notre mère : la terre. Donc j’envoie ce signal à tous ceux qui n’ont jamais essayé et qui vont le tenter .Partager cette Renaissance et se ressourcer : ce pas de côté, dans les horaires et contraintes de la vie quotidienne, est une source de résistance face à la société quand on la trouve parfois trop conformiste ou envahissante .

     

     

     

    Alors... ce que je viens de raconter n’est pas une histoire à dormir debout, mais simplement un geste de bonne santé et d’équilibre mental que tout un chacun peut pratiquer à l’abri du regard des curieux, des pulsions de l’exhibition ou de la grande absence de modestie ; choses si banales chez nos contemporains .

     

     

     

    Je suis jaloux de ma liberté  et je n’en parle qu’à mes très proches ; je n’aurais pas confié mes réflexions si mon père - qui connaît la chose et l’a pratiquée - ne m’y avait invité. C’est pourquoi je n’écris ce témoignage qu’à l’adresse du petit nombre de personnes, celles qui sont aptes à comprendre : bien sûr mes familiers et quelques amis intimes qui, eux, ont saisi le sens profond de l’acte de dormir dehors : Alors Bonne Nuit !

     

    Doc

     

    La chanson de Brassens est « auprès de mon arbre,je vivais heureux »

     

    Les deux livres de Thoreau :Désobéir et de S. Tesson dans les forets de Sibérie sont édités en livre de poche

     

    Yannick Peneff

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :