•  

       L’ermite me demande pourquoi la promotion  de l’aviation ? pourquoi ressusciter un fils d’ouvrier dans les Sciences avancées et dans l’invention permanente ?  Pourquoi solliciter les jeunes à pratiquer les maths et la physique avancée, pourquoi se consacrer  à  la  science ?  Réponse : lire" Ader aérien: un ingénieur toulousain" publié aux editions saint Honoré Paris, 2020

     La protection de la nature  n’est pas abstraite  ,vague dans ses formes,  c’est l’observation de la nature qui est le moteur du progrès humain maitrisé. Ce jeune « savant »  inventa l’avion parce qu’il aimait les grands oiseaux voiliers : cormorans et mouettes, le vélocipède parce qu’il était sportif, le téléphone parce que ça allait devenir la mode et que ça rapportait gros !  etc. ..

     

    Justification scientifique :  au sujet de « Cl. Ader : sens pratique et observation » : tout est dit  par Pierre Gilles de Gennes  au sujet d’Ader : « Savoir observer est un talent précieux  et mal cultivé  dans nos études. Le système français n’est pas très favorable au sens pratique ... Nous fabriquons des dizaines de milliers de « taupins » chaque année et peu d’observateurs »  p207  de  L’Extraordinaire  Pierre Gilles de Gennes  prix Nobel de physique , O.  Jacob 2017

     

    Mon livre intéressera, j’espère, les jeunes gens, les parents et les enseignants de matières scientifiques.  Nous sommes au dernier rang en Europe, en connaissances mathématiques, quant aux élèves de 12 à 14 ans. Après avoir eu de nombreux savants au siècle dernier, nous ne pratiquons plus les sciences avancées et nous ne les enseignons plus avec efficacité ;l’exemple de Cl. Ader peut   contribuer à renouveler l’intérêt scientifique des jeunes gens. Qui est-il : un fabricant industriel ? un créateur ingénieux ? un inventeur hors pair de machines volantes, un champion cycliste  ? un  inventeur d’avions, qui a déposé  plus de 150 brevets entre 1780 à 1900 et   entre autres :  patriote  et  écrivain !

      Il commence l’école à 3 ans, le Lycée à 10, bachelier ès sciences à 16, et ingénieur à 21ans : un destin socialement improbable. Comment un fils du peuple est-il devenu un grand scientifique reconnu dans le monde par son dépôt de 120 brevets, inventeur en toutes catégories de machines et de mécanismes ? « Emparez-vous de vos écoles dirait Ader aux enfants   pour devenir de jeunes savants ».  Une formation scientifique se donne-t-elle en priorité en famille, à l’école ou en société ? Qu’arrive-t-il si l’enfant appartient à un milieu   non tourné vers l’industrie, s’il est un fils du peuple, observateur de la nature et des oiseaux, soutenu par   sa famille, où l’on tolère les essais   périlleux aux adolescents qui « aiment » les lois de la physique, jusqu’à  les expérimenter  à leurs risques?   Ce livre souligne combien l’Occitanie, a été un domaine d’essais industriels avec des formations techniques de valeur, des universités scientifiques, pour rattraper « Paris », voire le dépasser. Comment passer d’innovations astucieuses en vue du progrès de la circulation (train, vélo, auto) à une invention telle que l’avion ?  Qu’arrive-t-il à un inventeur patriote, si c’est l’ennemi qui s’empare de ses prévisions aéronautiques alors que son pays les refuse ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    .    Auteur Jean Peneff  sociologue, descendant  de Cl. Ader , né dans la banlieue de Toulouse, a bénéficié de documents familiaux. Il  est professeur émérite de l’université de Provence ; il a enseigné  auparavant à Alger et à Nantes, ; il fut « visiting professor » à Chicago.  Ses dernières publications :La France malade  de ses médecins( 2005, Seuil ),  Le gout de l’observation, (la découverte ,2012)   et  H Becker : sociologist and musicien   in  the « Ecole  de Chicago » 2018, ( Routledge , New York). Et douze autres livres, portant sur l’ethnographie et l’observation participante. A pris sa retraite dans un tout petit village d’Isère, à la limite du Parc National des Ecrins, pour être loin de l’agitation moderne et se consacrer à l’écriture.

    Il a dirigé plusieurs thèses, il est l’ami proche de Howard Becker, et de bien d’autres sociologues américains de l’école dite de Chicago.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :